Quelle qualité de duvet ou plumes choisir ?

quelle qualité de duvet ou plumes choisir ?

quelle qualité de duvet ou plumes choisir ?

Pour acheter un article de qualité, il importe de ne pas confondre le duvet et la plume. Nous allons tenter de vous expliquer clairement et simplement à quoi ces produits correspondent pour que vous puissiez choisir votre couette.

Quelle qualité de duvet ou de plumes choisir ?

  1. Le duvet est un produit naturel qui présente des qualités exceptionnelles et inégalées en capacité d’isolation. Les oies et les canards sont naturellement protégés et ne souffrent pas des températures extrêmes. Le duvet provient du ventre et du dessous des ailes d’oiseaux aquatiques, comme les oies et les canards. Il a l’allure d’un duvet de pissenlit, avec ses filaments légers et cotonneux, qui rayonnent dans tous les sens. Sa structure tridimensionnelle lui permet d’emmagasiner beaucoup d’air, ce qui lui confère sa capacité isolante. Le duvet représente à peine 10% du total du plumage de l’oie ou du canard, sa rareté en fait son prix. Le duvet, contrairement aux fibres synthétiques, régule naturellement la chaleur et l’humidité en fonction de la température de la chambre et du besoin en chaleur du dormeur. Il évite notamment les problèmes de sudation mal résolus avec des matières synthétiques. Ces propriétés apportent un confort incomparable à votre sommeil. Le volume d’air emmagasiné dans un flocon de duvet est énorme (deux millions de barbules dans un kilo de duvet). C’est bien entendu cet air qui va conférer les propriétés thermiques de la couette. Autre avantage, la couette est ultra-légère et ne pèse pas sur le corps, ce qui procure un confort de couchage incomparable. Ainsi, avec une couette en duvet, vous n’aurez ni trop chaud, ni trop froid, la couette et le duvet présent à l’intérieur s’adapteront parfaitement à la chaleur de votre corps. Plus le pourcentage de flocons de duvet est élevé dans votre couette, plus vous maximiserez ses propriétés d’isolation thermique, respiration et légèreté. Une très bonne couette comporte au moins 70 % de duvet  et entre dans la catégorie « pur duvet ». Nous ne pouvons annoncer « 100 % duvet », car la séparation plumes/plumettes/duvets se fait mécaniquement par gravité dans de grandes machines à compartiments et, à moins d’un travail à la main inimaginable, il est impossible de garantir une absence totale de petites plumettes ou filaments dans un garnissage.
  2. Quand aux plumes, elles recouvrent les autres parties du corps de l’oiseau. En raison de leur structure bidimensionnelle, elles emmagasinent moins d’air que le duvet et, par conséquent, sont moins isolantes. En outre, il y a au centre de chaque plume une petite tige rigide que l’on peut parfois sentir. Sans compter que la plume est plus lourde que le duvet. Quand elle est neuve, une plume ou plumette de qualité est bombée, arquée, surtout sur les meilleures espèces que sont l’oie et le canard. Elle aura tendance à s’aplatir et perdre donc du ressort au fil des mois, des années. La plume, c’est encore ce qu’il y a de moins cher sur la totalité du plumage, car beaucoup plus abondante que le duvet. Avec la plumette, nous réalisons les oreillers assez consistants, plutôt fermes. Avec le mélange plumettes et duvet, nous réalisons les oreillers plus moelleux, ou les gros édredons de nos grands-mères, à prix abordable.

Laisser un commentaire