Plum service Lens en vacances du 3 au 25 août inclus

Pendant la période estivale, Plum service de Lens et Plum service de Sarrebourg fermeront leurs portes du 3 au 25 août inclus pour des vacances bien méritées. Pour tout achat/vente de couette en plume ou nettoyage de couette, il faudra patienter jusqu’au 25 août.

Voici un article paru dans La Voix du Nord le 27 juillet, écrit par Pauline Drouet intitulé : À Lens, en juillet, Plum’Service tourne à plein régime pour le repos des autres

« Ce n’est pas forcément LA saison où l’on rêve de se blottir dans un édredon dodu. Et pourtant, le mois de juillet fait partie des pics d’activité de Plum’Service. Petit tour dans l’arrière-boutique du fabricant de couettes avant de remiser plumes et duvets le temps de la trêve estivale.

« C’est physique : je fais plus de 10 000 pas par jour. Et puis il faut charger des balles de 10 kilos de plumes… » Travailler au bon repos des autres, c’est du sport. Et tout à fait ce qu’il fallait à l’énergique Carole Lefebvre. « Je me suis tout de suite sentie bien dans ce magasin. Ce que j’aime, c’est qu’il y a toujours quelque chose à faire. » Depuis sept ans, elle vole de ses propres ailes aux commandes de Plum’Service qui réalise et restaure couettes et édredons.

La particularité du lieu, tout (ou presque) est fait sur place. « Nous avons un stock de toiles standard, des bases de couettes et d’oreillers qui sont fabriqués chez notre fournisseur en Allemagne. » Un gain de temps sur les basiques. « Une couette de trois mètres, une couette ronde, c’est une journée de travail. »

Au détour d’une 160-200 on devise « entretoises » (des petits bouts de tissu, qui servent à resserrer la toile par endroits), inlett (« un tissu imperméable à la plume »). Et tout un monde où la meilleure plume n’est pas forcément celle que l’on croit : « Beaucoup pensent oie mais le duvet d’eider, c’est du canard, c’est le meilleur du monde à 3 000 euros le kilo. »

« C’est comme tout, ça s’apprend », nous informe Jean, ancien photographe (oui, oui) qui travaille à la boutique depuis décembre. « Pour le reste, vous savez, c’est toujours des coutures droites, alors il faut juste un peu de jugeote. »

En plus de sa modestie et de la « jugeote », Carole Lefebvre n’a pas oublié le sens des affaires.

De la pierzyna (l’édredon typique polonais, une spécialité de la maison) au pyjama, Carole Lefebvre a élargi la gamme des produits… et son territoire de la côte d’Opale à la Moselle. « Au Touquet, c’est une création de boutique. Beaucoup de Parisiens nous téléphonaient. Des personnes de Berck aussi, de Boulogne. On récupère aussi les Lillois… » À Sarrebourg, c’est un rachat, un confrère qui prenait sa retraite. Son truc en plume : une passion qui pourrait se décliner sous la forme de visite de son atelier. Un premier contact a été pris avec la mission Louvre-Lens tourisme.

Laisser un commentaire